Détresse sociale dans le sud

0
Detresse sociale dans le sud

Ce qui se passe dans le sud de Madagascar continue à occuper l’opinion publique. Alors qu’il se trouve au centre des préoccupations, qu’il est de plus en plus coûteux en vies humaines, le phénomène dahalo semble mettre en échec l’Etat central avec tous ses hauts gradés.

L’actuel ministre de la Fonction Publique estime que le problème dans le sud ne relève plus tout simplement de vol de bovidés et de la prolifération des dahalo . Du point de vue de Maharante Jean de Dieu, il s’agirait plutôt de l’œuvre de déstabilisateurs qui entendent véhiculer l’image de Madagascar comme celle d’un pays instable donc impropre à être un lieu d’investissement. Il a fait remarquer que celui ou ceux qui sont derrière cette affaire sont experts en géopolitique et qu’ils choisissent bien leur moment pour frapper. En effet, a-t-il noté, les récents évènements qui ont fait le plus de morts se sont passés au moment où les émissaires du FMI étaient de passage à Madagascar. Quoi qu’on puisse en dire, peu importe le nom qu’on lui donne, le problème de l’insécurité dans le sud se complique de jour en jour entraînant une détresse sociale de plus en plus profonde. L’Etat ne semble toujours pas disposé à y apporter une solution pérenne, se contentant d’actions ponctuelles en représailles d’attaques de dahalo contre les forces de l’ordre. En attendant les choses s’enlisent, il ne s’agit certes plus de simple vol de bovidés, c’est devenu une vendetta entre clans rivaux. On glisse inexorablement vers un affrontement entre civils dans lequel les forces de l’ordre, faute d’être une force d’interposition, sont celles à abattre. Si l’Etat s’avoue déjà impuissant à ce stade du problème, on voit mal comment il entend gérer la suite qui s’annonce sous de plus sombres auspices.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here